La sève de bouleau : la récolter pour en faire une cure

Classé dans : Arbres, Autres, Flore, Recettes | 0
La cure de sève de bouleau fraîche est efficace pour libérer l’organisme des toxines après l’hiver et se purifier.
Plusieurs adhérents de JPL ont des bouleaux dans leur jardin et se proposent de vous donner de la sève jpl@jardinpassionlannion.fr

sève bouleau BC 19 mars 15 Bernard nous a fait gouter à la sève de bouleau en 2015 : le voici en plein boulot !!!

Une cure printanière de sève de bouleau. Les anciens en consommaient tous les ans à la sortie de l’hiver. La tradition s’est perpétuée dans les pays scandinaves et elle opère depuis quelques années un retour en force en France. Christophe Bouvet, producteur de cidre bio à la ferme du Vastel dans la Manche, récolte cette sève, appelée aussi eau de bouleau. Il prélève la sève dans un espace boisé appartenant au conservatoire du littoral, une zone écologique et non polluée. Pour cette production, il a obtenu les labels de l’agriculture biologique AB et Bio Cohérence.

La récolte démarre fin février, début mars, lorsque la sève commence à monter dans le tronc et les branches. Elle dure entre 15 et 20 jours et s’effectue sur des arbres d’au moins 30 ans. Le tronc est percé sur quelques centimètres de profondeur pour y glisser un tuyau raccordé à une bouteille dans laquelle s’écoule la sève. Pendant la période de récolte, il faut colmater avec de l’adhésif les fuites à l’entrée du tuyau pour que la sève ne se disperse pas sur l’arbre. Il est préférable de ne réaliser qu’un seul trou par sujet. Après la récolte, il est recommandé de reboucher le trou avec une cheville en bois ou un bouchon d’argile afin d’aider l’arbre à cicatriser et éviter le suintement, source de maladies.

Pour limiter la fermentation, le prélèvement doit être quotidien. La bouteille remplie de sève ne doit jamais séjourner plusieurs jours en plein soleil. La quantité prélevée sur un arbre peut atteindre 4 ou 5 l par jour lors du pic de montée de sève. Après la récolte, la sève de bouleau est conditionnée dans des poches sous vide de 3 l permettant de fournir une sève fraîche, non pasteurisée. Elle se conserve alors au frais entre 0 et 4 °C.

Émilie, salariée de la coopérative alimentaire normande La Croisée des paniers, propose à ses adhérents de la sève de bouleau. Convaincue des bienfaits de la cure, elle bois un verre tous les matins, au réveil, pendant trois semaines. Elle précise que la sève a un goût d’eau, mais que sa saveur devient plus forte avec la fermentation du liquide.

Pour Christian Busser, docteur en pharmacie et créateur de l’école de santé naturelle Plantasanté, la cure de sève de bouleau est une pratique traditionnelle dépurative. Cette eau purifie le sang à la sortie de l’hiver. Grâce à son effet diurétique sur les reins, elle élimine les toxines accumulées durant l’hiver. Très riche en sels minéraux, elle contient aussi un peu de sucre. Extrait de Rustica

 

Historique

La sève de bouleau est connue en Europe occidentale depuis le Moyen Âge.

  • À cette époque, la sève de bouleau est la boisson des apothicaires utilisée en cas de calculs rénaux.
  • Au XIIe siècle, Sainte Hildegarde de Bingen décrit la sève de bouleau comme remède pour soulager les ulcères.
  • Au XIVe siècle, Conrad de Megenberg (1309-1374) décrit « l’eau de bouleau » comme ayant des propriétés médicinales sur la vessie et les reins.
  • En 1565, Pierandrea Mattioli (ou Matthiole), médecin et botaniste italien (1501-1577), synthétise les propriétés du bouleau, lui attribue des propriétés drainantes et le surnomme « l’arbre néphrétique ». Il explique dans son ouvrage que « Si on perce le tronc du bouleau avec une tarière, il en sort une grande quantité d’eau, laquelle a grande propriété et vertu à rompre la pierre tant aux reins qu’en la vessie, si l’on continue d’en user. Si on s’en lave la bouche, elle guérit les ulcères qui sont dedans. »
  • En 1800 le Baron Pierre-François Percy (1754-1825), le chirurgien militaire des armées de Napoléon, déclara « Les maladies de la peau, boutons, dartres, couperoses etc. lui résistent rarement. C’est un remède précieux dans les affections rhumatismales, les reliquats de goutte, les embarras de la vessie et une foule de maladies chroniques. »
  • Le médecin français Henri Leclerc (1870-1955) dans son ouvrage « Précis de phytothérapie. Thérapeutique par les plantes françaises » recommande les préparations à base de bouleau pour lutter contre la cellulite lorsque celle-ci est due à un excédent d’acide urique et de cholestérol.
  • Paul Fournier préconise des préparations en interne pour résoudre les difficultés urinaires.
  • Le docteur Artault de Vevey (Suisse) a attribué une action diurétique au bouleau, le préconisant pour compléter le traitement de l’azotémie (rétention de l’urée dans le sang) et de divers symptômes : maux de tête, névralgies, vertiges…
  • Le docteur Jean Valnet (1920-1995) dans son livre La Phytothérapie – Se soigner par les plantes indique que la sève de bouleau agit sur la lithiase urinaire et les coliques néphrétiques.
Récolte

Il existe la sève brute (la sève montante) qui est absorbée au niveau des racines par les poils absorbants. Elle circule principalement dans les vaisseaux du bois. C’est cette sève qu’on cherchera à récolter pour ses bienfaits. La sève élaborée (la sève descendante) qui circule principalement dans le phloème, tissu conducteur, situé juste sous l’écorce.

La sève de bouleau (brut) se récolte au printemps, à la montée de sève, juste avant l’apparition des jeunes feuilles. La sève est aussi surnommée « l’eau de bouleau » car elle est incolore et fluide comme de l’eau. Elle a un goût d’eau légèrement boisée, minéralisée.

Il existe deux méthodes de récolte de sève de bouleau :

Récolte artisanale

Pour récolter la sève de bouleau, il faut aller en pleine forêt afin d’avoir une sève riche en propriété minérale. La récolte se fait au moyen d’une perceuse, un tuyau en plastique alimentaire de 6  à  8 mm taillé en biseau, un récipient et une cheville en bois conique du même diamètre que le trou.

Avec une perceuse dont on aura pris soin de désinfecter le foret, on perce l’arbre de 4  à  5 cm de profondeur, d’un trou du même diamètre que le tuyau ; le côté biseauté du tuyau est inséré dans le trou ; son autre extrémité va dans le récipient ; la sève de bouleau coule dans le récipient ; après la récolte, le trou se rebouche avec une cheville en bois conique. L’écorce se refait et on peut prélever la sève l’année suivante. Cette récolte n’épuise pas l’arbre et n’est pas dangereuse pour lui.

Ce type de récolte est accessible à tous. On peut boire la sève de bouleau directement sortie du tronc de l’arbre. Elle ne se conservera pas plus de quelques jours au frais. Afin de prolonger la conservation, il est nécessaire de stabiliser la sève. Pour cela, il y a différentes façon de procéder. Les plus courantes sont l’ajout d’alcool pur, de clous de girofle, ou bien des extraits de bourgeons. Il est également possible de la pasteuriser ou de la congeler.

Le but est d’éviter l’état de fermentation de la sève de bouleau. On reconnaît une sève de bouleau fermentée à sa couleur blanchâtre, son goût acidulée ; elle est légèrement pétillante. Une fermentation de la sève de bouleau se produit avec le contact à l’air lors de la récolte. Les bactéries se développent et son pH s’acidifie. Sans gravité, elle peut déranger le transit et acidifier l’organisme.

Conservation de la sève de bouleau :
La sève ou eau de bouleau est un liquide vivant, très clair, semblable à l’eau à l’état frais, fade, légèrement sucré.
 Après quelques jours de repos la sève se trouble par apparition de maléate de calcium et de phosphate calcique, ce qui est provoqué par la fermentation et les modifications biochimiques qu’elle subit.
Son état ne reste donc pas stable très longtemps et, de plus, à cause du sucre qu’elle contient, elle fermente et devient acidulée et doit être conservée au réfrigérateur pour rester fraîche.
Pour éviter une fermentation trop rapide, il est possible de stabiliser la sève de bouleau avec de l’alcool pur.
L’autre moyen pour empêcher la fermentation est  l’addition de clous de girofle.
La congélation de la sève fraîche permet son utilisation tout au long de l’année, mais change son état physique.
La fermentation permet d’obtenir un vin de bouleau analogue au champagne.
La sève de bouleau, pour pouvoir produire ses bienfaits, ne doit contenir aucun additif chimique de conservation ou autre, être pure et vivante, donc récoltée et conditionnée artisanalement.
La sève doit être conditionnée immédiatement, livrée le lendemain même du tirage, et conservée au réfrigérateur 3 semaines maximum, le temps de la cure.
Récolte finlandaise

La récolte et la mise en flacon se font sous vide d’air afin de stabiliser une sève de bouleau fraiche et pure sans traitement de conservation, ni conservateur.

La Finlande possède un biotope favorable à de grandes récoltes de sève de bouleau. On y trouve des forêts à perte de vue. Cela a permis de mettre en place un procédé unique au monde de récolte de sève fraiche de bouleau.

Composition

La sève de bouleau contient deux hétérosides : le bétuloside et le monotropitoside, des acides de fruits (acide malique, acide succinique, acide phosphorique et acide citrique), 17 acides aminés dont l’acide glutamique. On y trouve beaucoup de minéraux tels que calcium, potassium, magnésium, phosphore, zinc, manganèse, fer, chrome, sélénium, cobalt, or, silicium, cuivre et lithium.

Il ne faut pas confondre :

  • jus de bouleau (macéra aqueux des feuilles de l’arbre) et sève de bouleau ;
  • sucre de bouleau (xylitol naturel extrait de l’écorce du bouleau ayant un pouvoir sucrant) et sève de bouleau.
Utilisation
En cosmétique

La sève de bouleau est utilisée dans les cosmétiques. Déjà utilisée depuis très longtemps par les peuples nordiques, slaves et asiatiques. Les produits les plus connus sont les lotions capillaire[2].

En cuisine

La sève de bouleau n’est pas aussi riche que celle de l’érable, mais elle a remplacé à une époque les liqueurs spiritueuses et les vins dans de nombreux pays. Longtemps, les paysans russes l’ont utilisée sans préparation telle qu’elle coule de l’arbre.

On peut faire de l’eau de vie de bouleau en faisant bouillir 25 litres de sève de bouleau avec 3 kg de sucre. On le laisse cuire jusqu’à ce que le mélange ait diminué d’un quart. Il faut ensuite écumer, passer et mettre en fût afin d’amorcer la fermentation avec 100 g de levure de bière ou de vin. Pendant la fermentation, on ajoute peu à peu 5 litres de vin blanc et 4 citrons coupés en tranches. Mettre en baril et attendre un mois avant de faire la mise en bouteilles. Ce vin est réputé pour avoir un gout très agréable. On le boit modérément[4].

Au Canada et en Alaska, l’eau de bouleau est concentrée par évaporation afin d’éliminer l’eau et d’augmenter ainsi la concentration en glucides jusqu’à un taux minimum de 66 % afin de faire du sirop de bouleau[5]. Le sirop obtenu est utilisé de la même façon que le sirop d’érable.

En phytothérapie

La sève de bouleau est utilisée en phytothérapie à des fins dépuratives[pas clair], amaigrissantes et ré-minéralisantes[pas clair][6]. Elle est également utilisée dans les cas d’hyperuricémie et d’hypercholestérolémie[7]. Cependant, il n’existe pas de preuve suffisante de son efficacité.

Dans le cadre de la phytothérapie, le docteur Jean Valnet préconise une cure à raison d’un demi-verre à un verre chaque matin à jeun pendant 21 jours.
Extrait de Wikipédia
La cure de sève de bouleau fraîche est efficace pour libérer l’organisme des toxines après l’hiver et se purifier.
Principaux effets bénéfiques :
– Activation de la diurèse et l’élimination des déchets organiques comme l’acide urique et le cholestérol.
–  Favorise l’amincissement (lorsque le corps en a besoin).
–  Précieux remède dans les infections rhumatismales en raison de son action anti-inflammatoire et analgésique.
–  La sève fermentée est réputée pour son action sur le système immunitaire en  le stimulant.
– La sève de bouleau est également employée pour les brûlures en usage externe et pour les maladies de peau.
Comment récolter la sève de bouleau ?

Sève de bouleau

La sève brute, très recherchée, se récolte au printemps quand la sève monte dans l’arbre, juste avant l’apparition des premières feuilles du bouleau. La sève de bouleau est alors appelée « eau de bouleau » en référence à sa couleur limpide et translucide. Quand les bourgeons sont sur le point de sortir, la sève monte dans l’arbre.

La récolte de l’eau de bouleau est principalement artisanale. Il est conseillé de trouver des bouleaux en pleine forêt, car la sève sera alors beaucoup plus riche en minéraux.

Si la sève devient blanchâtre et qu’elle perd en transparence, c’est que les feuilles de l’arbre commencent à sortir et la sève est déjà trop avancée. Il est alors trop tard pour la consommer.

Récolte de la sève de bouleau

Matériel nécessaire pour la récolte de sève de bouleau :

  • Une bouteille d’eau en plastique vide de 5LTube plastique
  • Un tube en plastique de 6 mm
  • Une foreuse
  • 2 mèches
    • 6.5mm pour faire le trou dans le bouchon de la bouteille
    • 6mm pour faire le trou dans l’arbre.

Idéalement le matin, il faut récolter la sève au début du printemps à la montée de sève. La récolte peut débuter dès la fin du mois de février, soyez attentifs aux signaux de la nature !

  1. Bien choisir le moment qui correspond au tout début du printemps avant que les bourgeons n’apparaissent.
  2. Percer le bouchon de la bouteille d’eau avec la mèche de 6.5mm et y insérer le tube en plastique.
  3. Faire un trou dans le tronc de l’arbre à environ 1 mètre du sol, et percer sur 3 cm de profondeur environ. Il est important de faire des trous propres et discrets pour préserver le tronc.
  4. Insérer l’autre extrémité du tube en plastique dans le tronc et l’eau de bouleau va débuter à s’écouler dans la bouteille.
  5. Vous pouvez obtenir 5 litres par jour pour un bon arbre.
  6. Envelopper votre bouteille d’un tissu pour protéger l’eau de bouleau de la chaleur et de la lumière.
  7. Si vous récoltez en milieu sauvage, n’hésitez pas à recouvrir la bouteille de branche ou de feuillage.
  8. Attendre 12 à 24h pour venir chercher la bouteille.
  9. Vous pouvez changer de bouteille pendant plusieurs jours tant que l’arbre peut donner.
  10. Une fois la récolte de la saison terminée, on rebouche le tronc d’arbre avec une cheville en bois afin de permettre à l’arbre de refaire son écorce.
  11. La période de récolte dure de 3 à 4 semaines. Soyez attentifs aux signaux de la nature.

Extrait de « Sève de bouleau » –

https://www.ecoutelebois.com/detox-seve-boulot-cure-printemps/

Article proposé par DMS