Réflexion sur le jardin, le jardinage et la santé

Classé dans : Brèves de jardinier, Flore | 0

IMG_20170602_182120

 

« Si tu veux être heureux toute ta vie, fais-toi  jardinier » dit un vieux proverbe chinois. Le jardin serait-ce la voie de la sagesse et de la santé ?

Le jardinage est devenu un hobby qui passionne une grande majorité de Français, quel que soit leur âge et toutes classes sociales confondues.

Vous avez la chance d’avoir accès ou de disposer d’un jardin, alors profitez-en car il est source de multiples bienfaits dont certains insoupçonnés.

 

Des bienfaits physiques

Lorsque nous travaillons au jardin, nous savons que cette  activité physique nous fait du bien.  Nous lisons  désormais que  le jardinage est reconnu comme une activité sportive ( hi, hi, hi ! nos grands – parents en rigolent, ils faisaient du sport sans le savoir !)

C’est tout l’art du jardin de savoir conjuguer détente, travail de nos articulations,  de nos muscles, de notre mental, et de stimulation de nos 5 sens,  tout ceci  en douceur et sans à coup.

Des études scientifiques très sérieuses de nos amis anglais et canadiens nous disent, « 30mn de jardinage = 30mn de marche, ou mieux encore, trois heures et demie correspondent à une perte de 1000 Kcal, ce qui  équivaut à pratiquement deux heures intensives de jogging ».

Est-ce  possible ? oui,  car  bêcher, creuser, planter, tailler, élaguer, arroser, tondre  et  autres choses encore… nous font transpirer et nous maintiennent  théoriquement souples et en forme. De plus, la pratique régulière du jardinage 2 à 3 fois par semaine nous préserverait de mille maux (diabète, ostéoporose, perte d’équilibre, problèmes cardiaques, respiratoires, perte de mémoire, surpoids etc…). Cela parait miraculeux.

 

Au jardin, d’autres  bienfaits  plus subtils relèvent du bien – être. Le jardin apaise. Les pieds et les mains dans la terre, la tête au soleil, et voilà, la déprime, les coups de blues qui s’envolent comme par magie.

On lâche prise et on se concentre sur sa tâche, tout devient beaucoup plus  serein, agrémenté, qui plus est, par le chant des oiseaux, les parfums, la diversité des couleurs, les stridulations des  insectes… et la ronde  des tondeuses le samedi matin.

Certains diront que lézarder au soleil sur sa terrasse ou au  balcon est tout aussi agréable  mais travailler au jardin, c’est réconfortant et gratifiant pour l’estime de soi, on voit les résultats au fil des saisons. Entretenir son jardin, c’est aussi prévoir son lendemain, une bonne raison de se lever et d’aller de l’avant quand le moral est en berne.

La médecine et la psychiatrie s’en servent à des fins thérapeutiques.  C’est l’hortithérapie  définie comme « thérapie physique et psychique par la nature »  et utilisée   à l’attention  des publics fragilisés (enfants autistes, hyperactifs, jeunes en difficultés, handicapés mentaux, personnes âgées en perte d’autonomie) sous forme d’ateliers  ou de jardins thérapeutiques.

Beaucoup de bien- portants développent quant à eux la dimension nourricière du jardin, peut-être par souci d’économie, mais aussi pour le plaisir « de regarder  pousser ». On  cultive ses légumes, ses fruits pour se nourrir sainement, certains renforcent encore cette voie pour contribuer à se soigner avec les plantes médicinales pour les petits maux du quotidien.

Enfin, au jardin et par la pratique du jardinage,  nous,  parents et  grands- parents approchons de façon très concrète, vis-à-vis des enfants, les  questions de l’environnement et du respect de la nature.

Oui, le jardin est vraiment source de bienfaits et plus encore… et génèrent des émotions  les plus diverses qui impactent nos vies. Certains d’entre nous deviennent même poètes à l’occasion et/ou contemplatifs devant cette nature indomptée malgré tous nos efforts.

En résumé, conjuguer jardin, jardinage et santé, c’est marier plaisir et mieux être, joli programme à tout âge de la vie.        MJA